créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Association
Soierie vivante
Lyon 4e
Croix-rousse
Pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine lyonnais des métiers de la soierie, et des canuts





ATELIER MUNICIPAL DE PASSEMENTERIE




21 rue Richan
69004 LYON


tel : 04 78 27 17 13
fax : 04 72 07 66 42




www.soierie-vivante.asso.fr


infos@soierie-vivante.asso.fr





 


Nous trouver Nous trouver

Tag

   visite   19ème siècle   4 / 6 ans   7/12 ans   CCSTI   Claudine de Lyon   Fil d’hier et d’aujourd’hui   Jacquard   Letourneau   Mattelon   Stival   Verdol   activités pédagogiques   adultes   anniversaire   argent   association   atelier de tissage   atelier municipal de passementerie   ateliers   ateliers-maison   bobines   boutique   canette   canut   cartons Jacquard   centre de loisirs   chaîne   circuit   cocons   collège   croix rousse   création   cuisine   dossier pédagogique   découverte   démonstration   enfants   enseignants   familial   fil métallique   filous   galons   gros caillou   groupe   guimperie   idées cadeaux   images tissées   initiation   ludique   lycée   lyon   mallette pédagogique   maternelles   mécanique   métier à bras   métiers à tisser   navette   navettes   or   passementerie   patrimoine   primaires   rue Godart   rue Lebrun   rue Richan   révolution industrielle   samedis   scolaires   siège de l’association   soie   soierie   soierie vivante   sous-pente   supports pédagogiques   séance de tissage   techniques de tissage   tissage   tissage à bras   tissu   tout-petits   trame   vacances scolaires   visite   visites guidées   à bras   échantillons d’étoffes   étudiants   Organisation des visites   Organisation des visites pour le jeune public   association   jacquard   jeune public   navette   passementerie   tissage  

Compteur

Depuis le 07-11-2004 :
95457 visiteurs
Depuis le début du mois :
0 visiteurs
Billets :
16 billets

Tissage et Passementerie

LE TISSAGE, d’abord, est la confection d’un tissu par un jeu de croisement de fils :
des fils de chaîne laissent passer entre eux un fil de trame lancé par une navette qui effectue un mouvement de va-et-vient (on peut évoquer le jeu de tissage de notre enfance).

Ainsi le tisseur dispose d’une “marche” (sorte de pédale) qui lui permet de soulever une partie des fils de la chaîne commandés par les lisses, ayant ainsi “ouvert le pas”,
il lance à la main la navette mue par une cordelette et une poulie et contenant la canette de fil, puis en tirant le “battant” muni d’un peigne, il tasse les fils les uns contre les autres.

Le célèbre bruit, qui parcourt la première partie de la cassette, le “bistanclaque” correspond peu ou prou aux trois gestes du tisseur qui LÈVE (les fils), LANCE sa navette et FRAPPE le tissu pour tasser la trame.

Ceci correspond à la fabrication d’un tissu simple, armuré, taffetas, sergé, et est très visible dans la séquence du “caméléon”, qui est un taffetas, mais la complication vient pour ce tissu de la présence de 3 couleurs, qui permettent un jeu de reflets ; c’est qu’ici outre celle de la chaîne, deux couleurs sont apportées par la navette qui contient 2 canettes (dont les fils devront rester parallèles).

Le TISSAGE FACONNE, plus complexe, comporte un dessin, qui impose de faire varier à chaque “coup”, la levée des fils de chaîne, ce que faisaient autrefois des enfants (tireurs de “lacs”) sous les ordres du tisseur.

La mécanique Jacquard, du nom du célèbre inventeur lyonnais (1801), résout le problème (et remplace les enfants) par un jeu de crochets, qui soutiennent les fils de chaîne par l’intermédiaire de plusieurs milliers de cordes (d’arcades) ; ne sont soulevés que les fils soutenus par les crochets qui traversent les perforations d’un carton déroulant,
qui a été préparé en tenant compte des motifs et des couleurs du tissu. La majorité des métiers que nous vous présentons, y compris ceux de la passementerie, sont de ce type. Le métier  présenté par Mr Mattelon est exceptionnel, parce qu’il comporte deux mécaniques côte à côte, l’une guidant la réalisation du fond uni, l’autre celle des figures du dessin et l’on a pu conserver les cartons du début du XIX° siècle.

Pour LA PASSEMENTERIE, où il s’agit de fabriquer des pièces étroites (rubans, galons...), on associe (en ligne) une douzaine de mini-métiers (avec chaîne, trame, navette et carton)
fonctionnant tous en même temps. La richesse des matériaux employés (fils gainés d’or ou d’argent) ajoute à la qualité du produit. On imagine quelle vigilance doit manifester le passementier qui produit en même temps 16, 32 ou 48 galons, s’il a 1, 2 ou 3 métiers, comme c’était le cas ici.

L’équipement électrique rapporté sur d’anciens métiers à bras rend le travail moins pénible, mais impose une surveillance accrue.

Publié le 25 juillet 2007 à 17:47:42 dans En savoir plus... | Commentaires (0) |

Rechercher

Commentaire

Septembre

DiLuMaMeJeVeSa
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
  • Propulsé par i-citoyen
  • RSS
  • Classement de sites - Inscrivez le vôtre!