créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Ecole Lapierre


66 rue Eugène Pons
69004 LYON
Tél /Fax:
04-78-28-48-59

ecolep.lapierre
@numericable.fr

http://www.i-canut.com/assos-98.html


Nous trouver Nous trouver

Compteur

Depuis le 17-01-2007 :
160484 visiteurs
Depuis le début du mois :
2386 visiteurs
Billets :
540 billets

Commentaire

Rechercher

De la part...







Publié le 31 décembre 2010 à 16:44:54 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

Joyeux Noël

<

Joyeux Noël à tous

Publié le 24 décembre 2010 à 16:20:59 dans vie de l'école | Commentaires (0) |

8 décembre

Publié le 21 décembre 2010 à 14:51:23 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

Résultats du concours de dessins Van Gogh

Après délibération et vote du jury, le bureau de la coopérative a décerné le premier prix au tableau de Louise
       


Le deuxième prix au tableau d'Eléonore



Le troisième prix au tableau de Laurine

Merci et bravo à tous les participants...
Rappel : Vous pouvez revoir tous les tableaux dans l'album "Concours de dessins 1 Van Gogh au CM2"

Publié le 18 décembre 2010 à 12:54:34 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

Anniversaires de Décembre

En cliquant ICI...
Merci à Charlotte, Maud, Ghaïs, Noé et Sarah ...

Publié le 18 décembre 2010 à 11:49:36 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

Feuilleton d'Harris Burdick : "La chambre du second" (1)

Nouveau feuilleton : La chambre du second.
C'est Noé qui se lance dans l'aventure d'écrire une histoire (à épisodes...) en tenant compte du dessin et en plaçant dans son texte la phrase : " Tout a commencé quand quelqu’un a laissé la fenêtre ouverte."

Chapitre 1
Tout a commencé quand quelqu’un a laissé la fenêtre ouverte. Il faisait nuit et le vent soufflait terriblement, l’orage grondait et les éclairs hantaient le ciel. Cette nuit était vraiment sinistre. Edgar Vonnieu, 7 ans, était dans son lit blotti sous sa couette. Il n’osait même pas fermer sa fenêtre. Il claquait des dents et tremblait énormément. Vers minuit, Edgar,  épuisé de peur, s’endormit. Le lendemain matin il expliqua tout à sa mère Julie et son père Pascal. Et ils dirent qu’il n’avait pas fait attention à la fenêtre ouverte, mais ne recommenceraient plus.

Le matin quand sa mère et son père s’habillèrent, Julie ne trouva plus ses bijoux et elle commença à s’inquiéter. Pour Pascal, rien n’avait disparu. Mais pleins d’hypothèses se bousculaient dans sa tête. Soit sa femme avait perdu ses bijoux, soit quelqu’un les lui avait volés… Julie soupçonnait ses derniers invités, Jean-Paul et Christine…

Le soir venu, Pascal monta  la garde avec une lampe de poche. Edgar alla se coucher, rassuré que son père surveille la maison.

Au bout d’un moment celui-ci vit quelqu’un avec une cagoule sortir d’une trappe du salon, sous son tapis.  Pascal lui fit peur et le voleur s’enfuit en courant. Il appela Julie de toutes ses forces mais rien à faire, elle ne répondit pas. Pascal chercha sa femme partout sans succès, elle avait bel et bien disparu.
Edgar se réveilla en sursaut avec tout ce vacarme. Il alla voir son père qui lui expliqua tout. Edgar était terriblement terrorisé.

Son père prit son portable et appela la police. C’était trop tard,  le voleur était déjà parti en voiture à toute allure. Les policiers ne purent point le rattraper.

Edgard et son père se posèrent tous les deux la même question. Comment Julie avait-elle disparu alors que Pascal montait la garde et qu’il avait vu le voleur s’enfuir ?

A suivre ... vendredi 7 janvier 2011...

                                                                         

Publié le 17 décembre 2010 à 18:05:26 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

Quel cirque...

Publié le 15 décembre 2010 à 15:20:29 dans Classe de CM1 | Commentaires (0) |

Sortie immédiate...


Très bientôt sur vos écrans...

Publié le 12 décembre 2010 à 13:09:49 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

Feuilleton "Dessert vivant"(6 et fin)

Chapitre 6

Le soldat s’approcha de Marie, l’air menaçant. La jeune femme ne se sentait vraiment pas rassurée face à cette armée. Quelqu’un dans l’assemblée cria :
– Tuez-la !

La foule repris en cœur « Tuez-la, tuez-la, tuez-la ! ».

Marie était maintenant terrifiée, elle tremblait de peur.
Le soldat, qui semblait être leur chef, fit taire la foule en criant :
– Silence dans les rangs !
Instantanément le silence revint… mais cela ne rassura pas Marie.
Le chef dit alors avec colère :
– Tu es responsable de notre malheur !
Mais pourquoi ? cria Marie sans réfléchir !
– Pourquoi ? Mais parce que tu nous as arrachés à notre forêt, notre territoire où vivent tous nos frères.
Non, hurla la jeune femme, je n’ai jamais rien fait de tel. J’ai seulement acheté une citrouille sur le marché.
– Comment ça ?
– C’est un marchand qui m’a vendu votre citrouille, à un très bon prix, comme s’il voulait s’en débarrasser.
– Tu as l’air honnête et je veux bien te croire. Tu vas peut-être alors pouvoir échapper à la mort…
Marie avala sa salive avec difficulté. Le militaire continua :
– Je te propose un marché : nous te rendons ta taille à une seule condition.
– Laquelle ? demanda Marie avec espoir.
– Cette condition est que tu rapportes la citrouille à un endroit que je te préciserai et que tu ne dois révéler à personne. J’ai bien dit PERSONNE ! Attention à toi, si tu ne respectes pas tes engagements, nous avons des pouvoirs que tu ne peux imaginer.

La jeune femme, sans réfléchir plus longtemps, accepta ce marché en jurant qu’elle ne parlerai à personne de ce qu’elle avait découvert, même pas à sa famille.
Le soldat lui confia alors une carte qui indiquait le chemin qu’elle devrait suivre et le lieu précis où elle devrait déposer la citrouille.
Tout se déroula très vite : Marie retrouva sa taille normale aussi vite qu’elle l’avait perdue.
Elle s’habilla rapidement, prit la citrouille et partit en tenant dans sa main bien serrée la précieuse carte.
Elle n’eut aucun mal à trouver le lieu, elle déposa la citrouille sans s’attarder et rentra chez elle.


Quelques heures plus tard, lorsque Jimmy et Camille rentrèrent à la maison, elle leur

annonça qu’elle avait changé de menu car la citrouille qu’elle avait achetée avait pourri !

 

FIN
Merci à Jean pour cette histoire vraiment originale...A bientôt pour une nouvelle aventure dans le monde d'Harris Burdik !

Publié le 10 décembre 2010 à 18:06:53 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

Feuilleton "Dessert vivant" (5)

Chapitre 5
Marie se réveilla plus tard que d’habitude. Elle vérifia que Jimmy avait amené Camille à l’école. Puis, la jeune femme prit son petit
déjeuner tout en pensant à la courge.
À peine avait-elle terminé qu’elle ouvrit le cagibi et, à sa stupéfaction, Marie aperçut de minuscules hommes qui sortaient de la citrouille ! Elle n’arrivait pas à y croire. N’étant pas sûr de voir très clair,  la jeune Marie courut chercher une loupe.

Elle constata alors que c’était bien de tout petits hommes qui vivaient dans sa citrouille. Elle les examina plus attentivement, mais rapidement, elle eut l’impression étrange d’être comme attachée. Marie se retourna et vit des centaines de petit soldats qui la cernaient et lançaient sur elle des bouts de ficelle. Celles-ci étaient toutes petites, pas plus épaisses que des fils mais les soldats étaient rapides et nombreux.
Très vite, Marie ne put plus bouger. La jeune femme était bien trop étonnée pour se débattre.

Tout à coup un bruit de trompette retentit et, en quelque secondes,  les minuscules militaires la firent rétrécir !! Elle n’était maintenant pas plus grande qu’un grain de riz, et toujours attachée. Autour d’elle, des centaines de soldats en uniformes orange et verts s’agitaient.

Marie commençait à paniquer et à tenter de défaire ses liens lorsqu’elle entendit l’un des braves soldats crier :
« Arrêtez-vous !  »

Suite vendredi 10 décembre...

Publié le 03 décembre 2010 à 17:03:47 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

1|

Docs. à télécharger

A consulter...

liens Internet

Archives

Décembre

DiLuMaMeJeVeSa
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
  • Propulsé par i-citoyen
  • RSS
  • Classement de sites - Inscrivez le vôtre!