créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Ecole Lapierre


66 rue Eugène Pons
69004 LYON
Tél /Fax:
04-78-28-48-59

ecolep.lapierre
@numericable.fr

http://www.i-canut.com/assos-98.html


Nous trouver Nous trouver

Compteur

Depuis le 17-01-2007 :
285349 visiteurs
Depuis le début du mois :
7716 visiteurs
Billets :
540 billets

Commentaire

Rechercher

<< Juste pour Laurine... | Feuileton "Dessert vivant" 3/3 | Des élections très attendues... >>

Feuileton "Dessert vivant" 3/3

Chapitre 3 : La folle poursuite
Clarisse se jeta sur la citrouille mais, n’ayant pas l’agilité d’un chat, elle retomba lourdement sur l’herbe humide. Elle jeta un coup d’œil furtif à l’endroit où la famille était installée. Pour l’instant, personne ne semblait avoir remarqué ce qui ce passait. Tant mieux ! Clarisse se releva d’un bon et courut après le légume. Elle tomba à deux reprises mais se releva sans difficultés. Elle était plus déterminée que jamais.
Elle plongea une nouvelle fois sur le dessert vivant, car elle venait de l’apercevoir. La citrouille sautait tranquillement sur la pelouse. Poussant un grand cri qui dû s’entendre jusque au Maroc, elle empoigna fermement la citrouille à l’aide de ses deux mains. Mais celle-ci se libéra et se mis à sautiller sur place. Clarisse réfléchit à une solution. Elle avait l’air d’une guerrière avec ses cheveux en bataille, ses habits maculés de terre et de boue, et ses yeux noirs de jais étincelants de colère. Soudain, elle eut une idée. Sans perdre pour autant la citrouille des yeux, elle courut chercher un vieux filet de pèche dans le garage et ressortit en trombe.
Là, elle reconnut immédiatement le point orange lumineux. Sans bruit, elle s’approcha du légume qu’elle jugeait aveugle, et soudain… Elle dévoila le grand filet, le lança sur la citrouille et… rata son coup. Comme toujours ! Clarisse n’avait jamais réussi à bien viser. Ce qui ne l’empêcha pas cependant de se cogner à s’en ouvrir le crâne. Furieuse contre elle- même, elle abandonna le filet et tenta d’avoir une autre idée.
De là où elle était, elle apercevait parfaitement SON dessert sauter de pot de fleurs en pot de fleurs.
A la table où était installée la famille, les conversations joyeuses se transformaient peu à peu en murmures impatients. Une chose était au moins évidente : Ses hôtes avaient faim. Elle entendit même Natacha qui criait : « C’est quand, le dessert ? ». « Le dessert vivant, tu veux dire… » songea Clarisse avec amertume.
Complètement désespérée, elle tenta de se convaincre qu’elle arriverait bien un jour à rattraper cette citrouille, que tout n’était pas perdu… mais elle était à cours d’idées. Elle resta un moment adossée à un tronc d’arbre. Elle essayait d’imaginer une solution, ou quelque chose dans le genre… Mais bizarrement, elle n’y arrivait plus. Elle ne cessait pas de surveiller le légume d’un œil distrait.

Soudain, elle entendit… comme une sorte de sonnerie de portable, mais qui ressemblait un peu plus à celle d’un minuteur… en fait, on aurait plutôt dit … soudain, le son s’amplifia et Clarisse fut obligée de se boucher les oreilles, de peur que celles-ci n’explosent. Enfin, ça, c’est ce qu’elle crut faire, car au même moment, une douleur sur-aigue la transperça  des pieds à la tête. Le son monta encore, Clarisse hurla… et elle ouvrit les yeux. Une lumière aveuglante passait entre les rideaux de sa chambre. Elle comprit  immédiatement pourquoi elle avait crié. Elle était tombée du lit ! Cela expliquait donc la douleur qu’elle avait ressentie dans son rêve. Rêve ? En effet, elle avait rêvé, même si elle avait du mal à le réaliser et cette sonnerie n'était autre que celle de son réveil... Elle essuya  son front dégoulinant de sueur froide. En se relevant, elle sentit que ses membres étaient douloureux, suite à sa chute. Elle tira les rideaux et alla refaire le lit. Elle entendait de là les cris de ses trois filles, (oui, trois et non pas treize…ouf !) entrecoupés par les : « CHUT …! » de Samuel.

Encore toute étourdie par son cauchemar, Clarisse descendit prendre son petit déjeuner.
Sous le doux soleil du matin, une journée paisible et tout à fait normale s’annonçait.
Pour le bonheur de tous…
   

Fin

Merci à Zoé pour cette histoire très réussie.

La semaine prochaine, début d'un nouveau feuilleton d'Harris Burdick...

 

Publié le 24 septembre 2010 à 17:59:03 dans Classe de CM2 | Commentaires (0) |

Commentaires non autorisés sur ce blog

Docs. à télécharger

A consulter...

liens Internet

Archives

Septembre

DiLuMaMeJeVeSa
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
  • Propulsé par i-citoyen