créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Robert Luc, historien de la Croix-rousse.

Les Bambanes, les traboules de Lyon et les canuts de la croix-rousse.

robert.luc2@wanadoo.fr
04 78 27 11 51


Nous trouver Nous trouver

Décembre

DiLuMaMeJeVeSa
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Le 6 décembre....1831

Quinze jours après la révolte et une fois la visite du duc d'Orléans terminée...les autorités remettent de l'ordre...

Le maréchal duc de Dalmatie, ministre secrétaire d'Etat à la guerre, fait placarder des affiches où l'on peut lire par exemple :

"Art 1er : Les livrets délivrés aux ouvriers non français par le ministre de l'intérieur, de même que les livrets délivrés aux ouvriers nés français par les maires des communes ou par les commissaires de police, sont et demeurent annulés, pour tous les ouvriers habitants les communes de Lyon, Guillotière, de la Croix-Rousse, de Vaise et de Cuire."

Art 5 : Les ouvriers, garçons et compagnons qui, dans un délai de trois jours, ne se seraient pas présentés dans leurs mairies respectives, pour obtenir la délivrance de nouveaux livrets, seront réputés vagabonds, arrêtés et punis comme tels, conformément aux dispositions de l'arrêté du gouvernement du 1er décembre 1803."

Publié le 06 décembre 2005 à 07:50:47 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |

Le 5 décembre....1792

Antoine Nivière-Chol devient maire de Lyon. c'est un modéré qui souhaite que : "... le riche sorte de sa coupable indifférence, que le pauvre cesse de contempler le riche avec envie." Seulement Chalier ne va pas lui permettre de faire une longue carrière. Il démissionnera le 7 février 1793.

Publié le 05 décembre 2005 à 07:42:54 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |

Le 4 décembre....1793

Plus de 200 condamnés sont mitraillés dans la plaine des Brotteaux. La "foudre" républicaine fournit des martyrs aux anti-révolutionnaires. Pendant tout le mois de décembre, la terreur est  l'ordre du jour : guillotine et mitraillades.

Publié le 04 décembre 2005 à 08:01:46 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |

3 décembre....1831

Le duc d'Orléans entre à Lyon : "Tout ce que nous pourrions dire serait moins expressif que l'élan de toute la population se pressant sur son passage, et faisant retentir l'air de vivas prolongés et d'acclamations unanimes. S. A. R. a été reçu par les autorités civiles et militaires."

Publié le 03 décembre 2005 à 07:36:27 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |

1er décembre....1831

Révolte des Canuts

Une proclamation est affichée dans la journée. Elle est signée par... Prunelle, maire de Lyon et membre de la chambre des députés. Il a été complètement absent au moment des trois journées de l'émeute. Quelques extraits :

"C'est le coeur navré de douleur que je me vois appelé à reprendre la direction de l'administration municipale. Que d'événements funestes, que de maux inouis ont fondu sur nous ! La seconde ville du royaume, la capitale du Midi, Lyon, que toute la France se plaisait à nommer la "Cité-Modèle", a été le théâtre des désordres les plus effrayants !!! Je cherche à me persuader qu'aucune main lyonnaise n'a trempé dans les crimes que signale la rumeur publique... (...) J'éprouve néanmoins quelque soulagement en apprenant que l'amour de l'ordre a remplacé aussitôt la violation des lois. Lyonnais ! vos pères sont morts en combattant l'anarchie ; vous vous étiez toujours montrés dignes d'eux ! Qui vous a fait oublier tant de traditions honorables ? De perfides conseils ont seuls pu égarer un grand nombre d'entre vous... (...) Ouvriers en soie ! Le bénéfice de toute fabrique est essentiellement lié au maintien de l'ordre public. La paix allait augmenter la masse du travail, et vos salaires se fussent accrus au-delà même de nos espérances. Le trouble, qui a été jeté dans notre ville, a tout compromis ; il arrête les demandes ; il éloigne les acheteurs ; il sert de cette façon, et à votre insu, la rivalité des fabriques étrangères."

Publié le 01 décembre 2005 à 07:14:19 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |

Le 30 novembre....1831

Le préfet Du Molard dans une lettre au "Journal des Débats" justifie vis à vis de Paris son attitude durant les journées des 21, 22 et 23 novembre. Aimé des tisseurs qui l'appellent "Notre Père", il sera bientôt limogé.

"...Je ne dirai plus qu'un mot : j'ai annoncé, il est vrai, le 19 novembre, à M. le président du conseil, que les émeutes n'étaient plus et n'avaient jamais été à craindre. On a vu que M. le lieutenant-général comte Roguet tenait le même langage. Le 20 au soir, en réponse à la réquisition que je lui adressais pour assurer le maintien de l'ordre, il m'écrivait encore : "Vous pouvez être sans inquiétude."

Il était impossible de prévoir qu'aucune des dispositions prescrites par moi ne serait exécutée ou ne le serait que tardivement, et que d'un rassemblement d'abord inofensif et sans armes, une malheureuse complication de fautes et de malentendus feraient une insurrection violente et considérable."

Publié le 30 novembre 2005 à 07:58:17 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |

Le 29 novembre.... 1831

Révolte des Canuts :

L'Echo de la Fabrique, le journal des tisseurs sur soie, donne son avis sur le préfet Du Molart

"Nous n'avons jamais blâmé l'autorité, nous ne l'avons point flattée ; ce n'est pas là notre affaire. Nous laissons aux feuilles politiques le soin de fouiller dans les actes de l'administration, ce qui a trait aux catégories de résistance ou de mouvement, d'extrème ou de juste-milieu ; notre mission est tout industrielle ; et, si nous avons montré des opinions politiques que nous professons, c'est moins pour plaire à cette administration que pour apprendre aux partisans de la dynastie déchue, qui certes ne sont ni nombreux, ni influents dans notre ville, que nous aurions été les premiers à prendre les armes pour défendre la dynastie de juillet. Mais nous ne pouvons passer sous silence les calomnies dirigées par quelques négociants contre le premier magistrat du département, calomnies d'autant plus atroces, qu'on l'a montré comme favorisant des projet factieux ! Pouvait-on accuser M. Du Molart d'être l'ennemi du gouvernement établi ? Homme vertueux, sorti de sa retraite pour administrer notre département, n'ayant porté qu'une seule cocarde, celle qui brille aujourd'hui à nos chapeaux ; pourquoi chercherait-on à jeter du blâme sur sa conduite ? Serait-ce parce que M. le préfet avait osé soulever le voile de l'égoïsme ? serait-ce parce que son âme généreuse avait résolu de fermer les plaies de la misère ? serait-ce parce que ses actions s'accordent avec son âme ? serait-ce enfin parce que, nommé par le roi citoyen, il avait compris sa mission, et mérité, par sa popularité, le titre qui devrait être envié par tous les magistrats, de "père des ouvriers ?" M. le préfet Du Molart est en paix avec sa conscience, et si, par une conduite toute généreuse, il a encouru le disgrâce de quelques hommes, il en est dédommagé par l'amour et le reconnaissance d'une immense population."

Publié le 29 novembre 2005 à 09:28:41 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |

Le 28 novembre....1831

Révolte des Canuts

Une affiche de la préfecture est apposée sur les murs :

"Lyonnais

Quittez votre deuil et revêtez vos habits de fête. S. A. R. le Duc d'Orléans arrive dans nos murs. C'est l'arc-en-ciel qui annonce la fin de l'orage. Que les dernières traces de vos cruelles discordes disparaissent, et que l'unanimité de vos acclamations lui fassent connaître que, dans vos funestes égarements, vous avez conservé tout votre amour pour la dynastie dont votre courage a secondé l'élévation.

Vive le Roi !!!

Lyon, en l'hôtel de la préfecture, le 28 novembre 1831.

Le conseiller-d'Etat, préfet du Rhône, Du Molart

Publié le 28 novembre 2005 à 09:08:28 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |

<< |1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| 22| 23| >>