créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Robert Luc, historien de la Croix-rousse.

Les Bambanes, les traboules de Lyon et les canuts de la croix-rousse.

robert.luc2@wanadoo.fr
04 78 27 11 51


Nous trouver Nous trouver

Octobre

DiLuMaMeJeVeSa
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

<< Le 22 octobre....1827 | Lamartine à la Croix-Rousse | Le 24 octobre....1964 >>

Lamartine à la Croix-Rousse

 

 

Puisque le stade situé rue Philippe de Lassalle va prendre le nom de Grégory Coupet, profitons en pour évoquer ce secteur baptisé il y a quelques années « Espace Lamartine ».

 

Lamartine a en effet séjourné en 1801, il avait 11 ans dans une institution privée nommée « Pension de l'enfance » ou encore « Maison de la Caille », créée par Monsieur Pupier. Cet établissement au moment de la venue du poète, est tenu par le fils Philippe Pupier et une des filles chargée des questions matérielles. Cette maison, construite en 1746 avait à l'origine pour vocation d'abriter à la fois un asile d'aliénés et un pensionnat de jeunes filles. La propriété s'étendait entre les rues actuelles, Henry Gorjus, Hermann Sabran et Philippe de Lassalle. Alphonse arrive à la Croix-Rousse le 2 mars 1801. Il écrira dans ses Mémoires : « Je sentis mon coeur défaillir. Tous les murs étaient murs de prison ; toutes les figures visages de geôliers. J'aperçu, en suivant le concierge, une grande cour pleines de deux cents écoliers en récréation, nous regardant entrer d'un air méchant ou moqueur qui disait : « Tant mieux ; en voilà un qui ne sera pas plus heureux que nous ! Ma mère fondit en larme et me laissa pleurant moi-même, puis la porte se referma entre nous, et je fus lancé dans les cours, comme on lance un condamné à mort dans l'éternité. Je restai muet, je m'assis sur le fût d'une des colonnes qui entouraient le cloître où jouaient mes camarades (...). Quelques écoliers qui venaient de Mâcon, entre MM. de Veydel, fils d'un avocat, arrivés depuis peu de jours, s'approchèrent de moi et essayèrent de me consoler. »

Sa mère n'est pas plus joyeuse quelques mois plus tard. Elle écrit dans son journal : « Mon Dieu, que c'est affreux de déraciner ainsi cette jeune plante du coeur où elle a poussé, pour la jeter dans ces maisons mercenaires ».

La deuxième année ne se passe pas trop mal mais la troisième... c'est la catastrophe ! Philippe Pupier n'est pas un tendre et « en sa qualité de propriétaire, venait de temps en temps punir et même battre les élèves récalcitrants ». Un des élèves, Eugène Siraudin est pour une faute légère, frappé par Pupier. Il a seize ans, il se rebelle, prend le dessus. Les cuisiniers accourent, frappent le jeune homme et le jettent dans un piteux état dans la rue. Lamartine envisage sérieusement de fuir. Après ce premier fait un autre va le convaincre définitivement. Le Philippe Pupier emmène ses pensionnaires « au Bois de la Caille, célébrer je ne sais quelle fête pour les écoliers, » écrit le poète. «  Le Bois de la Caille était un lieu de réunion pour les ouvriers en soie des deux sexes des faubourgs de Lyon. Nos yeux innocents y étaient témoins de beaucoup de scandales ; cela n'était sain ni pour les regards ni pour les oreilles de l'enfance ». (Ce qui prouve que les Canuts ne pensaient pas uniquement aux révoltes ! NDLR)

Il va donc « s'évader » avec les Veydel. Ils seront rejoints à Fontaines et ramenés par Philippe Pupier et un gendarme. « Il entra le premier dans la maison, pour nous préparer une réception humiliante. Nous trouvâmes, en effet, toute la pension rangée en double file pour nous recevoir. Il donna le signal des huées, mais les murmures provoqués ne partirent pas ; notre entrée eut plutôt l'air d'un triomphe. On nous conduisit dans des prisons séparées et on me relégua dans une petite chambre sous les toits. (...) Tous les jours, un des professeurs les plus bienveillants, un de nos camarades les plus raisonnables, avaient mission de venir causer amicalement avec moi et de ma provoquer au repentir. Je causais avec plaisir ; j'étais touché de leur bonté et de leur amitié, mais ils ne gagnèrent rien sur moi. J'étais résolu à ne point fléchir. Un mois se passa ainsi. J'étudiais, je lisais, je rêvais et je ne fléchissais pas. »

Sources : Chroniques Croix-Roussiennes de Georges Rapin.

Publié le 23 octobre 2005 à 12:39:08 dans Textes croix-roussiens | Commentaires (1) |

23-10-2005  19:17  23-10-2005 19:17
Coupet  De  Voyageurs  Sujet:  Coupet
le futur Barthez du foot Français !!!! Mais avec la tignasse en plus !
Commentaires non autorisés sur ce blog