créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Robert Luc, historien de la Croix-rousse.

Les Bambanes, les traboules de Lyon et les canuts de la croix-rousse.

robert.luc2@wanadoo.fr
04 78 27 11 51


Nous trouver Nous trouver

Octobre

DiLuMaMeJeVeSa
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

<< Le 21 octobre....1797 | Vogue de la Croix-Rousse | Le 23 octobre....1789 >>

Vogue de la Croix-Rousse

L'aumonier des forains Dominique Joly répond à quelques question concernant la vogue. Une contribution au débat.

Quand vous entendez ou lisez des réactions d'agacement concernant la vogue, quel est votre sentiment ?

Je suis un peu triste de lire et d'entendre des réactions négatives à l'égard de la vogue de la Croix-Rousse, car la fête est là pour réjouir les gens et les réunir, non le contraire...

 

Mais vous comprenez que la vogue puisse gêner ?

J'essaie de comprendre. La fête existe depuis longtemps. Doit-on demander la destruction de tout ce qui fait notre environnement et qui existait avant nous pour le simple prétexte que cela nous gêne ? Des projets voient le jour, comme celui de la construction du parking souterrain au Gros Caillou. Quel dommage qu'au moment de les concevoir, les responsables ne soient pas préoccupés de leurs conséquences pour la vogue ! On entreprend, sans consulter les intéressés et ensuite on gère les problèmes quand la crise se déclare... C'est un peu inconséquent...

 

C'est si important la vogue ?

Quelle chance est la vogue ! Elle est un loisir populaire. Elle fait partie de notre histoire, de notre patrimoine. Mieux qu'un monument elle est vivante ! Elle dérange : j'ai envie de dire entre guillemets : tant mieux. Comme la vie serait triste si rien ne venait la bousculer de temps à autre. La fête nous rappelle que, dans notre vie, tout n'est pas tourné vers la rentabilité, mais qu'il peut y avoir de la gratuité, du rêve, de l'inattendu.

 

Reste que nous sommes témoins de tensions...

Il faut se rendre à l'évidence. Il y a un malaise qu'il est facile d'expliquer : au fil des années, les vogues de quartier ont disparu pour différentes raisons ; seule demeure celle de la Croix-Rousse qui doit assumer le rôle de fête foraine pour toute l'agglomération lyonnaise, ce qui est une gageure ; la fête a pris de l'embonpoint ; c'est comme un enfant qui grandit et qui n'arrive plus à rentrer dans ses pantalons.

 

Mais existe-t-il des solutions ? Ou du moins dans quel sens les responsables devraient-ils s'engager ?

Je suis convaincu que les problèmes se poseraient sous un tout autre jour si Lyon se dotait d'une place pour les fêtes, les cirques et autres manifestations qui manquent cruellement actuellement : dans un lieu qui valorise les activités qui s'y déroulent, pas trop éloigné du centre car le coeur de la fête doit battre au coeur de la ville, cependant assez éloigné des habitations à cause du bruit, bien desservi par les transports en commun, muni d'un parking ; il faut aussi penser à accueillir les professionnels et leurs familles de façon décente. Tout cela est possible si nos élus ont la passion de la fête et s'ils sont convaincus d'en faire une priorité. A quand une belle vogue de Lyon du 8 décembre aux fêtes de fin d'année ?

 

Un dernier mot ?

Pour apaiser les tensions, j'invite forains et gens du quartier à dialoguer. Le dialogue est une force aux effets insoupçonnés...

Publié le 21 octobre 2005 à 08:32:45 dans Actualités croix-roussiennes | Commentaires (2) |

22-10-2005  21:09  22-10-2005 21:09
Vogue  De  RobertLuc  Sujet:  Vogue
...et en même temps que les riverains dialoguent. D'autre part il est difficile d'être "envahi"par une manifestation qui était là avant les plus vieux d'entre nous...
22-10-2005  19:12  22-10-2005 19:12
en effet  De  Voyageurs  Sujet:  en effet
il est nésessaire que les forains entament un dialogue avec les riverains qui se sentent envahis tous les ans !
Commentaires non autorisés sur ce blog