créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Robert Luc, historien de la Croix-rousse.

Les Bambanes, les traboules de Lyon et les canuts de la croix-rousse.

robert.luc2@wanadoo.fr
04 78 27 11 51


Nous trouver Nous trouver

Juillet

DiLuMaMeJeVeSa
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Laurent Mourguet, le père de Guignol

Quelques grandes dates de la vie du créateur de Guignol, Laurent Mourguet.

 

 

3 mars 1769 : Naissance de Laurent Mourguet en la paroisse de Saint-Nizier.

1778 : Le père de Laurent Mourguet, Benoît installe son atelier rue Saint Georges.

22 novembre 1788 : Mariage de Laurent Mourguet avec Jeanne Esterle, fille de Jean Esterle, vigneron à Sainte-Foy. Ils habitent rue Saint-Georges.

23 mars 1793 : Laurent Mourguet et son épouse Jeanne s'installent rue du Boeuf où naîtra le troisième enfant, Joseph. L'acte de naissance porte la mention « forain » comme profession du père.

12 octobre 1793 : La Convention après le siège de la ville décide que « Lyon n'est plus ». Benoît et Laurent Mourguet sont jetés en prison, comme « muscadins » avec de nombreux autres citoyens.

29 janvier 1794 : Le père et le fils Mourguet son reconnus non coupables et ils sont acquittés. Benoît ne retrouvera pas sa place de tisseur. Laurent est installé au n°2 de la place Boucherie Saint-Paul et décline comme profession : « marchand de chaussons.

1797 : L'acte de naissance de son cinquième enfant, Etienne 1er, indique comme profession du père : « marchand forain, en voyage pour ses affaires ».

1798 : Laurent Mourguet a choisi la profession de dentiste. Cela figure sur l'acte de naissance d'Etienne 2, le 21 avril 1798. Il opère en plein air et arrache les dents gratuitement mais vend cher ses pommades. Chez lui, il a ouvert une sorte de cabinet dentaire et imaginé un petit théâtre de marionnettes.

1799 : rencontre avec le père Thomas qui joue des parades pendant que Laurent arrache les dents.

22 novembre 1804 : Naissance de Rose Pierrette. Laurent Mourguet est « artiste ». Il installe un petit théâtre dans la Grande Allée des Brotteaux (Angle cours Morand et Avenue de Saxe).

1805 : Mourguet transporte ses poupées au « Jardin chinois » à l'angle oriental du cours Morand et de l'avenue de Noailles. Avec Lambert Grégoire Ladré, dit le père Thomas, ils se retrouvent l'hiver au 3 de la place Boucherie Saint-Paul pour des séances à l'intérieur.

1805-1808 : Apparition de la marionnette de Guignol.

28 novembre 1805 ; Naissance de Jean-Claude. Sur l'état civil, Laurent Mourguet est « artiste dramatique ».

1810 : Rue Lainerie, Laurent Mourguet ouvre son premier théâtre dans lequel il joue les Jocrisse. Le directeur des Célestins en prend ombrage et oblige Mourguet à changer de genre. Il crée alors « le théâtre de Guignol ».

1813 : Laurent Mourguet travaille comme artiste-machiniste dans une Crèche de la rue Noire.

1820 : Mourguet crée sa première véritable troupe de marionnettistes. Etienne 1er joue les rôles de voix aiguës, Rose Pierrette, les voix de femmes, Claude Louis François Josserand, Gnafron. Le « Guignol Mourguet » joue dans toute la région. Le répertoire de Guignol se constitue. Des canevas sur lesquels viennent se greffer les improvisations.

27 avril 1822 : Mariage de Rose Pierrette avec Louis Josserand. Mourguet est pour l'état civil « marchand d'étoffes ».

8 avril 1823 : Mort du père, Benoît Mourguet. Laurent joue régulièrement à Vienne.

22 septembre 1825 : Naissance du troisième enfant de Louis et Rose Pierrette Josserand. Mourguet est inscrit comme machiniste.

6 janvier 1827 : Naissance du quatrième enfant du couple Josserand.

4 septembre 1832 : Rose Pierrette meurt à 28 ans.

25 décembre 1835 : A l'Hôtel Dieu le père Thomas s'éteint. Personne ne viendra réclamer le corps de celui qui fut le modèle de Gnafron.

1838 : Le café Caveau, au 1 de la rue Saint-Louis (rue Charles Montcharmont aujourd'hui) devient le premier Guignol permanent. Etienne 1er, le cinquième enfant de Mourguet, âgé de 41 ans, constitue une société avec son beau-frère Louis Josserand et Laurent. C'est le début de l'exploitation commerciale.

1840 : Laurent Mourguet va de plus en plus souvent jouer à la salle de la rue des Clercs à Vienne avec sa femme et son petit fils Michel Josserand.

5 novembre 1843 : Le plancher du théâtre de la rue des Clerc s'effondre. Les Mourguet s'installent au 7 de la rue des Peaux-Belles. Ils louent un appartement au 43 de la rue des Clercs.

30 décembre 1844 : Laurent Mourguet meurt. Sa femme fera inscrire sur l'acte de décès : « Laurent Mourguet saltimbanque ».

19 août 1845 : Jeanne Esterle, épouse de Laurent Mourguet meurt à 80 ans.

Sources : "Guignol, le roman d'un saltimbanque" de Bernard Frangin. Préfacé par Frédéric Dard. Editions Le Progrès.

Publié le 24 juillet 2005 à 09:29:04 dans Chroniques Croix-Roussiennes | Commentaires (0) |

Le 24 juillet....1905

Naissance de Jean Long. La ville honore ce médecin en ayant attribué son nom au cours qui va de l'avenue Lacassagne au cours Richard Vitton. Dès 1941 il rejoint l'organisation de résistance "Coq Enchaîné" et donne des soins aux résistants. Il est en relation avec différents mouvement et est en contact avec André Philip. En représailles des attentats perpétrés par la Résistance, il est enlevé le 22 octobre 1943 à son domicile (au 18 du cours Henri... qui deviendra le cours du Docteur Long) par un groupuscule baptisé Comité national anti-terroriste. Son corps est retrouvé à Feysin au lieu dit "les quatre chemins" avec une inscription : "Terreur contre terreur cet homme paie de sa vie, le meurtre d'un national". L'avis de décès sera censuré et la mention initiale "lâchement assassiné" remplacée par "décédé".

Publié le 24 juillet 2005 à 06:57:08 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |