créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Robert Luc, historien de la Croix-rousse.

Les Bambanes, les traboules de Lyon et les canuts de la croix-rousse.

robert.luc2@wanadoo.fr
04 78 27 11 51


Nous trouver Nous trouver

Juillet

DiLuMaMeJeVeSa
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Un bon gone...

Le Philippe Chevillard que l'on voit ici accoudé à une camionnette au parfum nostalgique est toujours Croix-Roussien ! Il a sévi un temps rue Duviard en créant un restaurant convivial le "120 rue de la gare" qui a aujourd'hui changé de nom. Epris de liberté et de contacts humains, il s'est reconverti dans le débarras de greniers et de caves, plus de petits travaux. Il fait partie du charme croix-roussien. Numéro de téléphone : 06 14 84 80 96

Publié le 21 juillet 2005 à 14:59:30 dans Actualités croix-roussiennes | Commentaires (1) |

La presse est en retard à Lyon

Nom d'un rat, le père Glaudius n'imaginait pas que la presse en était là !Déjà inquiet en voyant des correspondants du quotidien Lyonnais, rédiger des articles sur leurs propres associations ou leurs établissements commerciaux, il est cette fois catastrophé ! On vient de lui confier au creux de son oreille finement ourlée que dans l'Est de la France, un journal compte dans ses collaborateurs... des élus ! Il a tort de se morfondre ! Youppi ! Demain à la Croix-Rousse, Dominique Bolliet pourra envoyer directement le compte-rendu du Conseil d'arrondissement (il sera payé évidemment)et Emmanuel Hamelin sur la réduction du chômage à la Croix-Rousse (il sera payé également) ! L'information de proximité se porte bien ! 

Publié le 21 juillet 2005 à 12:24:34 dans L'humeur du père Glaudius | Commentaires (1) |

Le 21 juillet....1774

Naissance de Jean-Claude Fulchiron au 2 de la rue Mulet. Député, pair de France, il contribua aux frais d'élargissement du quai qui porte aujourd'hui son nom (du pont Bonaparte au quai des Etroits). Il fut très ami avec le ministre de Louis-Philippe, Casimir Perrier. Il est député du Rhône au moment de la révolte des Canuts de Novembre 1831 et prend la parole à la Chambre au cours de la séance du 19 décembre pour déclarer :

"... ce n'était pas la misère qui avait poussé les ouvriers de Lyon puisque les plus minces journées étaient de 28 à 32 sous et que quelques ouvriers touchaient jusqu'à 5 frs."

L'Echo de la Fabrique, le journal des tisseurs, en réponse "à la déclaration de Fulchiron puisée dans un rêve un peu ministériel" va chiffrer les revenus d'un chef d'atelier (canut propriétaire de métiers à tisser) : 336 Frs par an soit 85 centimes par jour. "Pour toute punition nous souhaitons à Mr le député qu'il soit obligé de vivre avec le double !" écrit le journal.

Les "Mr Fulchiron" ne manquent pas aujourd'hui !... L'Echo de la Fabrique...si !

Publié le 21 juillet 2005 à 07:10:46 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |