créer un blog ou un site | www.i-citoyen.com | www.i-rhonealpes.com | www.i-grandlyon.com | www.i-lyon.com

Présentation

Robert Luc, historien de la Croix-rousse.

Les Bambanes, les traboules de Lyon et les canuts de la croix-rousse.

robert.luc2@wanadoo.fr
04 78 27 11 51


Nous trouver Nous trouver

Juillet

DiLuMaMeJeVeSa
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Transports en commun

Nom d'un rat ! Comme chaque fois que l'on entre en période de vacances, le père Glaudius se demande si l'on ne se moque pas de lui. Fidèle utilisateur de la marche à pieds sur la colline croix-roussienne (pas par idéologie, par obligation !) et client des TCL pour aller à Lyon (pas par idéologie par obligation !) il s'aperçoit que les fréquences ont bougrement diminuées. Pas intérêt à en rater un, de bus ! 35 minutes à contempler le ciel pollué. Y a une chose qui ne change pas : le tarif ! Alors les gones élus, aux discours sur les transports en commun à faire culpabiliser un conducteur de 4X4, arrêtez de vous moquer du père Glaudius. Et en plus ce n'est pas la bonne saison pour manifester devant la mairie ! Et puis vous croyez que les révoltés des horodateurs se mobiliseraient ? Hum... 

Publié le 17 juillet 2005 à 20:49:16 dans L'humeur du père Glaudius | Commentaires (0) |

Le 17 juillet...1815

Ce jour là, Jean-Joseph de Mellet, comte de Fargues, redevient maire de Lyon. Il l'a été une première fois du 27 novembre 1814 au 30 avril 1815. Un royaliste convaincu qui mourut jeune, en 1818 à l'âge de 41 ans. Mais il est surtout le symbole de l'opportunisme : En mars 1815 Napoléon débarque à Golfe Juan. Il fait aussitôt placarder une affiche le 7 où il invite les citoyens "à l'amour du roi face à celui qui violait son serment et vient de quitter l'île d'Elbe accompagné de quelques égarés et d'une poignée de déserteurs." 4 jours plus tard, les murs de Lyon affichent une autre proclamation, toujours signée par monsieur le comte qui incite la population "à bien recevoir celui qui vient d'arracher notre belle patrie aux horreurs de l'anarchie joignant au titre de Grand Capitaine celui de Législateur". Cette curieuse attitude n'empêche pas notre bonne ville de toujours honorer cet homme de "convictions". La rue qui va de la place Sathonay à la place Fernand Rey est là pour en témoigner.

Publié le 17 juillet 2005 à 08:19:53 dans Ce jour là.... | Commentaires (0) |